Fil de navigation

Fil de navigation

Vue aerienne Boussay

 

BOUSSAY - VISITE GUIDEE

 

Commune rurale de 2534 habitants pour  2645 hectares, située à l’extrémité Sud Est du département de Loire-Atlantique à environ 7 km à vol d’oiseau de Clisson et à 35 km de Nantes sur la même voie. Vous êtes aux confins de trois provinces : l'Anjou, la Bretagne et le Poitou.

 

Limitrophe de quatre communes, au Nord, Montigné sur Moine, à l’Est, Torfou (Maine et Loire), à l’Ouest, Gétigné (Loire Atlantique) et au Sud par la Bruffière (Vendée). Extrémité du haut bocage vendéen où un plateau granitique de 90 mètres d’altitude est cisaillé par une vallée profonde, celle de la Sèvre Nantaise qui coule 50 mètres plus bas entre des versants escarpés. Des chaos de rochers dominent la rivière et des éperons de granit surgissent un peu partout dans les terres. Le réseau routier de la commune se compose de deux grands axes. D’Ouest en Est, la route de Nantes à Poitiers et du Nord au Sud par la route de Montfaucon sur Moine à Montaigu. Ces deux Axes importants se croisent au village de la Méchinaudière, point de départ pour une traversée de Boussay .

Notre bourg est composé de maisons aux toits plats couverts de tuiles rouges et creuses qui nous annonce la France du midi, son église est visible à plusieurs kilomètres aux alentours et domine le plateau granitique. Jadis isolé, le village de la Méchinaudière rejoint maintenant celui de la GareCette dernière composé de bâtisses imposantes couvertes d’ardoises fut construit pour accueillir le train qui relie Nantes à Cholet (mis en service en1882). Cette ligne enjambe la vallée de la Sèvre Nantaise sur le viaduc de Chevalier .

En remontant nous passons au pied de la croix rouge (remplacée en 1874)  érigée en mémoire des victimes de la  bataille de Torfou (19 septembre 1793). Puis nous arrivons dans la Grand’rue où la plupart des façades aux embrasures bardées de granit côtoient celles de briques, les corniches de pierres succèdent aux génoises d’argile.  Nous débouchons alors sur la grande place  , face au presbytère, d’où s’élève depuis 1875 une église imposante  dépourvue de clocher (Ste Radegonde ) , faite de tuffeau clair et coiffée d’ardoises bleues. En périphérie quelques commerces et une multitude de maisons de granit mal alignées ancrées sur le roc et séparées par des rues ayant pour nom : rue des Trois Provinces  , rue des Tisserands , rue de Dodillonne ou rue de l’Aire Matté.

En poursuivant notre traversée nous descendons alors la rue du Val de Sèvre où la mairie  fait face à l’école publique, quelques mètres plus bas débouche une allée bordée de marronniers, au bout de celle-ci un parc entouré de mur où se dresse une demeure bourgeoise aux ouvertures multiples et à la couverture dotée de magnifiques lucarnes, il s’agit du château de la Vergne.  Poursuivant notre descente vers la vallée et nous passons au pied de la croix de mission de 1862, qui nous conduit à Bellevue  , lieu où le panorama est exceptionnel, quelques mètres plus loin à flan de coteau la grotte de Lourdes  érigée en 1872, signe de la ferveur religieuse des paroissiens de Boussay.

En franchissant la Sèvre arrêtons-nous au milieu du pont Ste Radegonde (édifier en 1858)  . En amont on y voit le village de Charrier  accroché à flan de coteau, et un peu plus loin  le moulin de Feuillou et sa chaussée.En aval la vue de Bapaume  côté Vendée, de chaudron  et Dobigeon  sur l’autre rive est sans pareil, on peut également voir, émergeant de l’eau, les piliers du vieux pont de Chaudron.  Jadis, le seul ouvrage à proximité du bourg reliant les deux rives, il fut emporté par les eaux lors d’une crue au tout début du 20ème siècle. En poursuivant notre périple sur l’autre rive nous quittons la Loire-Atlantique pour la Vendée.

Le modernisme n’a pas effacé toutes traces du passé, les croix et calvaires sont toujours là pour nous rappeler à quel point la ferveur religieuse était importante dans notre commune, tout comme les moulins qui jalonnent la Sèvre en souligne toute l'importance économique.